Oxycodone

Disponible dans: 0 Pharmacie(s)

Informations médicales pour Oxycodone

Structure

Substance active: Oxycodone

Biodisponibilité: 50-100%

Atc code: N02AA05, N02AA55, N02AJ18, N02AJ19, N02AA56, N02AJ17

Liaison protéique: ≥ 40%

Métabolisme: Foie

Métabolites: Noroxycodone (25%) Noroxymorphone (15%) Oxymorphone (11%)

EliminationHalf-life: 2-5 heures

Excrétion: Urine

CAS Number: 76-42-6

PubChem: 5284603

Banque de médicaments: DB00497

ChemSpider: 4447649

UNII: CD35PMG570

KEGG: D05312

ChEBI: CHEBI:7852

ChEBL: ChEMBL656

Carte info de l'ECHA: 100.000.874

Formule: C18H21NO4

Masse molaire: 315.369 g·mol−1

Ce médicament est habituellement prescrit pour :

Le médicament Oxycodone est un antalgique puissant, il combat la douleur en agissant directement sur le cerveau.

Il est utilisé dans le traitement des douleurs rebelles, notamment des douleurs d'origine cancéreuse.

En raison des propriétés pharmacologiques de l’oxycodone et de l’ampleur des problèmes d’abus et d’usage détourné constatés, ces médicaments font l’objet d’une surveillance particulière par l’ANSM et son réseau d’addictovigilance

Comment prendre

Les comprimés Oxycodone doivent être avalés avec un verre d'eau.

Posologie :

Adulte à partir de 18 ans : 5 mg toutes les 4 à 6 heures. Cette posologie peut être augmentée quotidiennement en fonction du résultat sur la douleur.

Chez les patients antérieurement traités par un autre dérivé de l'opium, la dose initiale peut être plus élevée.

La posologie d’OXYCODONE doit être ajustée fréquemment. Vous devez par conséquent consulter votre médecin régulièrement.

Tout changement ou interruption du traitement doit être effectué selon les recommandations de votre médecin.

Effets secondaires

constipation
Constipation

nausee
Nausée,
Vomissement

somnolence
Somnolence,
Fatigue

vertiges
Sensation vertigineuse,
Confusion

maux de tete
Maux de tête

reactions allergiques
Démangeaisons

Perte appetit
Diminution de l'appétit

Anxiete
Anxiété

Dépression

insomnie
Insomnie,
Cauchemars

headache
Troubles de la pensé

Précautions d’emploi

  • Problèmes respiratoires
  • Risque de dépendance
  • Intervention chirurgicale
  • Insuffisance hépatique
  • Enfants de moins de 16 ans
  • Alcool
  • Sportif
Problèmes respiratoires
Le risque majeur d'un surdosage en opioïdes est la dépression respiratoire. La prudence est de rigueur lorsqu'on administre de l'oxycodone à des patients âgés affaiblis ; à des patients présentant une altération sévère de la fonction pulmonaire, une altération de la fonction hépatique ou rénale ; à des patients atteints de myxoedème, d'hyperthyroïdie, de la maladie d'Addison, de psychose toxique, d'une hypertrophie de la prostate, d'une insuffisance corticosurrénale, d'alcoolisme, de delirium tremens, d'affections des voies biliaires, d'une pancréatite, de troubles inflammatoires de l'intestin, d'hypotension, d'hypovolémie, d'une blessure à la tête (en raison du risque de pression intracrânienne accrue) ou des patients prenant des inhibiteurs de la MAO
Risque de dépendance
L'utilisation prolongée d'Oxycodone peut induire une dépendance physique et un syndrome de sevrage peut survenir après un arrêt brutal du traitement. Lorsqu'un traitement avec l'oxycodone n'est plus nécessaire, il est recommandé de réduire progressivement la posologie afin d'éviter l'apparition de symptômes de sevrage. Les symptômes de sevrage peuvent inclure des bâillements, une mydriase, un larmoiement, une rhinorrhée, des tremblements, une hyperhidrose, de l'anxiété, de l'agitation, des convulsions et une insomnie.
Intervention chirurgicale
Comme toutes les préparations à base d'opioïdes, les produits contenant de l'oxycodone doivent être utilisés avec prudence après une chirurgie abdominale, car les opioïdes sont connus pour perturber la motilité intestinale et ils ne doivent être utilisés que lorsque le médecin s'est assuré du fonctionnement normal des intestins. L'utilisation d'oxycodone, comprimé à libération prolongée est déconseillée avant une intervention chirurgicale et dans les 12-24 premières heures qui suivent l'intervention. Si un traitement supplémentaire avec l'oxycodone est indiqué, la posologie doit être ajustée aux nouvelles exigences postopératoires.
Insuffisance hépatique
Les patients avec insuffisance hépatique sévère doivent être étroitement surveillés.
Enfants de moins de 16 ans
Oxycodone n'a pas été étudié chez les enfants et les adolescents de moins de 12 ans. La sécurité et l'efficacité des comprimés n'ont pas été établies chez les enfants et les adolescents de moins de 12 ans ; l'utilisation dans cette population n'est donc pas recommandée.
Alcool
L'utilisation concomitante d'alcool et d'Oxycodone peut augmenter les effets indésirables de l'oxycodone ; l'utilisation concomitante doit être évitée.
Sportif
Les athlètes doivent être informés que ce médicament peut entraîner une réaction positive aux tests antidopages. L'utilisation d'Oxycodone comme produit dopant peut représenter un risque sanitaire.

Autres noms du médicament

Oxycodone Oxynia Oxyneo OXYNORMORO

Contre-indications

Allaitement

Enfant de moins de 12 ans

Grossesse

Consommation d'alcool

Grossesse et allaitement

Pas recommandé

Alcool

Évitez la consommation d'alcool

En cas d’oubli d’une dose

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Surdosage

Myosis

Dépression respiratoire

Somnolence

Hypotension

Collapsus circulatoire

Coma

Interactions du médicament avec d'autres substances

Potentiel interaction significative (une surveillance par votre médecin est probablement nécessaire)

Ce médicament ne doit pas être associé à un antalgique contenant de la buprénorphine, de la nalbuphine, de la pentazocine, de la naltrexone, du nalméfène : diminution de l'effet antalgique. Il peut interagir avec certains antibiotiques de la famille des macrolides (clarithromycine, érythromycine, télithromycine),certains antifongiques (kétoconazole, itraconazole, voriconazole, posaconazole) et les traitements contenant du ritonavir, du cobicistat ou du bocéprévir. Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un sédatif, un produit de phytothérapie contenant du millepertuis ou un médicament contenant l'une des substances suivantes:rifampicine, rifabutine, carbamazépine, phénytoïne, primidone, phénobarbital, éfavirenz ou oxcarbazépine.

Reaction imprevue

Nausées

Constipation

Sensation de fatigue

Vertiges

Aliments

Peut être pris avec ou sans repas

Comment conserver

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants

Questions fréquemment posées

Comment prendre Oxycodone ?

L'oxycodone devrait se prendre avec un verre d'eau. Elle se prend avec ou sans aliments. Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments.

Comment arrêter l'oxycodone ?

Si vous arrêtez de prendre OXYCODONE, comprimé pelliculé à libération prolongée : Vous ne devez pas arrêter brutalement ce traitement sauf dans le cas où votre médecin le décide. Si vous souhaitez arrêter le traitement parlez-en à votre médecin.

Qu'est-ce que le chlorhydrate d'oxycodone ?

OXYCODONE (chlorhydrate d'oxycodone) est un traitement de la douleur puissant à action centrale, du groupe des opioïdes. OXYCODONE EG LP est utilisé pour traiter les douleurs sévères qui ne peuvent être correctement soulagées que par des analgésiques opioïdes.

Qu'est-ce que Oxynormoro ?

Ce médicament est un analgésique opioïde (destiné à soulager la douleur). OXYNORMORO comprimé orodispersible est utilisé pour le traitement des douleurs intenses qui ne peuvent être correctement traitées que par des analgésiques forts, notamment les douleurs cancéreuses.

OXYCODONE dans quel cas doit-on prendre ?

Ce médicament est un antalgique puissant, apparenté à la morphine. Il combat la douleur en agissant directement sur le cerveau.

Il est utilisé dans le traitement des douleurs rebelles qui ne peuvent être soulagées que par des antalgiques opioïdes forts, notamment des douleurs d'origine cancéreuse.

L'oxycodone appartient au groupe de médicaments appelés analgésiques opioïdes (des antalgiques narcotiques). Elle atténue la douleur en agissant sur le système nerveux central.

Composition et présentation

Le principe actif contenu dans ce médicament est Oxycodone chlorhydrate, il appartient à la famille des opioïdes.

Substance active : Oxycodone chlorhydrate

Excipients communs : Alcool polyvinylique, Cellulose microcristalline, Kollidon SR, Macrogol 3350, Magnésium stéarate, Silice colloïdale anhydre, Soja lécithine, Talc, Titane dioxyde
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Fer jaune oxyde, Fer noir oxyde, Fer rouge oxyde, Indigotine laque aluminique, Opadry gris, Opadry II beige, Opadry II blanc, Opadry II rose, Opadry II vert.

OXYCODONE comment acheter en France ?

Il est désormais possible de se procurer ce médicament sur internet ; mais uniquement auprès des pharmacies en ligne autorisées.

Les conditions à remplir pour l’achat morphine doivent être pareilles à celle dans une officine de ville ; c’est sur prescription obligatoire.

Commander ce médicament sans prescription est illégale et surtout dangereux ; en effet la qualité et provenance des médicaments en vente sur internet dans certains sites ne sont pas souvent connues.

OXYCODONE quel est le prix en France

Le prix de ce médicament varie beaucoup en fonction du fabricant et de la forme du médicament.

De façon générale morphine prix moyen constaté est d’environ 249.00 € la boite de 30 comprimés.

Toutefois il est désormais possible de comparer le prix morphine auprès de plusieurs pharmacies françaises et effectuer votre achat en toute sécurité en ligne.

OXYCODONE comment prendre ?

Les comprimés doivent être avalés entiers sans être écrasés car il s'agit d'une forme à libération prolongée. Ils peuvent être pris au cours ou en dehors des repas.

La posologie dépend de l'intensité de la douleur et de la susceptibilité individuelle du patient au traitement.

D'autres dosages de ce médicament sont disponibles afin de faciliter l'ajustement de la posologie.

Les recommandations posologiques générales sont les suivantes :

Population pédiatrique

OXYCODONE n'est pas recommandé chez les enfants âgés de moins de 12 ans.

Adultes et adolescents de 12 ans et plus

Titration et ajustement posologique

En général, la posologie initiale chez les patients naïfs d'opioïdes est de 10 mg de chlorhydrate d'oxycodone administrés à 12 heures d'intervalle. Chez certains patients, une posologie initiale de 5 mg de chlorhydrate d'oxycodone peut être bénéfique afin de minimiser l'incidence des effets indésirables.

Les patients recevant déjà un traitement par opioïdes peuvent débuter le traitement à des posologies plus élevées compte tenu de leur expérience préalable des traitements par opioïdes.

Durée du traitement

OXYCODONE ne doit pas être administré plus longtemps que nécessaire. Si un traitement prolongé de la douleur est nécessaire en raison de la nature et de la sévérité de la maladie, une surveillance attentive et régulière doit être mise en place pour déterminer si le traitement doit être poursuivi et selon quelles modalités.

Quand le recours aux opioïdes n'est plus nécessaire, il est conseillé de réduire progressivement la posologie journalière afin d'éviter tout symptôme de sevrage.

Arrêt du traitement

Lorsqu'un patient n'a plus besoin du traitement par oxycodone, il est conseillé de réduire progressivement la posologie journalière afin d'éviter tout symptôme de sevrage.

Quels sont les contre-indications

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

  • Insuffisance respiratoire grave,
  • Asthme aigu ou bronchite chronique grave,
  • Cœur pulmonaire (trouble cardiaque dû à une hypertension artérielle pulmonaire),
  • Troubles intestinaux avec occlusion intestinale,
  • Présence d'une douleur abdominale intense et persistante,
  • En association avec les antalgiques contenant de la buprénorphine ou de la nalbuphine.
OXYCODONE quels sont les effets secondaires ?

Les effets indésirables Très fréquents (plus de 10 % des patients) : nausées, vomissements, constipation (des médicaments peuvent être prescrits pour limiter ces effets indésirables digestifs), somnolence, vertiges, maux de tête, démangeaisons.

Grossesse et allaitement

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.

Ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Précautions et recommandation

Ce médicament, comme les autres antalgiques apparentés à la morphine, expose à un risque d'abus ou de dépendance. Ce risque est minime dans les conditions d'utilisation médicale. Des symptômes de sevrage peuvent être observés en cas d'arrêt brutal du traitement. En cas de traitement prolongé, une diminution progressive des doses sous surveillance médicale permet de limiter le risque de syndrome de sevrage.

Des précautions sont nécessaires dans les situations suivantes : insuffisance rénale, insuffisance hépatique, hypothyroïdie, maladie d'Addison, rétrécissement des voies bilaires, maladie intestinale inflammatoire, épilepsie, hypertension intracrânienne, adénome de la prostate, suite de chirurgie intestinale, alcoolisme ou de dépendance connue aux opiacés.

Chez la personne âgée, l'augmentation des doses en fonction de la douleur doit suivre les recommandations du médecin, du fait d'un risque plus important de surdosage.

La prise d'alcool doit être évitée pendant le traitement : risque d'augmentation des effets indésirables.

Ce médicament peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite ou l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées.

Sportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

  1. Maxime Robin, « Overdoses sur ordonnance - Déjà 200 000 morts aux États-Unis », Le monde diplomatique,‎ février 2018, p. 1,16,17.
  2. « OxyContin, un antidouleur addictif à la conquête du monde » [archive]
    , sur courrierinternational.com, février 2017.
  3. Document de la Haute Autorité et Santé
  4. Mellar P. Davis, James Varga, Duke Dickerson et Declan Walsh, « Normal-release and controlled-release oxycodone: pharmacokinetics, pharmacodynamics, and controversy », Supportive Care in Cancer: Official Journal of the Multinational Association of Supportive Care in Cancer, vol. 11, no 2,‎ février 2003, p. 84–92 (ISSN 0941-4355, PMID 12560936, DOI 10.1007/s00520-002-0385-9, consulté le 16 février 2018).
  5. Zone Santé - ICI.Radio-Canada.ca, « La vente d'Oxycodone inquiète les Premières Nations », sur Radio-Canada.ca (consulté le 3 septembre 2016).
Alexandre Grange
Journaliste médicale
Le Dr Alexandre Grange est un médecin libéral spécialisé en Rhumatologie. Médecin rédacteur, traducteur et journaliste médicale, spécialisée dans la rédaction d'articles destiné à la presse p
Avis

Oxycodone

Évaluation des clients

4.8

1 Avis

Laissez votre avis
4.8
Répondre

Je prenais de l'oxycodone depuis 2 ans avec un soulagement exceptionnel. Cette pilule est facile à couper en deux ou en quatre

05.03.2021

Laissez votre avis

Évaluation des clients

5.0

En soumettant ce formulaire, je déclare avoir pris connaissance de la Charte de protection des données personnelles et des Conditions Générales d’Utilisation et les accepter sans réserve.